Le Tchad abritera le salon africain de l’agriculture

Le Tchad abritera le salon africain de l’agriculture

La première édition du Salon Africain de l’Agriculture(SAFAGRI), le Tchad a l’honneur d’abriter et ce, du 12 au 15 mars prochain. Prélude donc à cet évènement de portée internationale, le Ministre de la Production, de l’Irrigation et des Equipements Agricole Mme Lydie Beassemda, son collègue de l’Environnement, de l’Eau et de la PecheSidickAbdelkerimHaggar et le Président de la CCIAM Amir AdoudouArtine ont animé  ce jeudi 10 janvier 2019 une conférence de presse 

Face aux défis économiques, climatiques et sécuritaires actuelles, les 13 pays membres du comité Inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS), mais aussi une trentaine des pays européens, asiatiques et américains vont se réunir à N’Ndjamena pour stimuler les politiques nationales et régionales de transmission des chaines de valeur agricoles en Afrique de l’Ouest, du Centre et du Nord dans le cadre d’un salon africain de l’Agriculture.

Pour le  Ministre de Production, de l’irrigation et des Equipements Agricoles, Lydie Béassemda, cet événement de portée internationale permettra aux Etats membres du CILSS d’unir leurs forces et de faire de cet évènement une institution. « Il s’agira de créer un cadre d’échanges et de partages d’expérience entre les acteurs mais aussi mettre en réseau les différents acteurs. Ce salon permettra d’exposer les produits de l’agriculture pour montrer les potentialités dont dispose notre pays, contribuer à améliorer la santé humaine par l’incitation à la consommation de produits locaux et organiser des panels de discussions sur des thèmes liés à la promotion de l’agriculture africaine », indique le Chef du département en charge de l’agriculture.

Pour une bonne organisation de ce salon qui réunira plus de 250 étrangers, les panelistes sollicitent la participation active des PTF.

« Ce salon est un véritable challenge pour notre pays  le Tchad et chaque acteur est appelé à relever le défi en vue d’assurer une attractivité», précise Lydie Béassemda.